Le gouvernement québécois s’engage à préparer un code de conduite pour la recherche publique

Le gouvernement québécois s’engage à préparer un code de conduite pour la recherche publique
16 octobre 2013

Récemment, la Commission de l’éthique en science et en technologie a produit, à la demande du ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, un état des lieux sur la situation des chercheurs gouvernementaux au niveaux fédéral et provincial, notamment en matière de libertés de communication. La Commission est heureuse d'apprendre que le gouvernement entend prendre ses responsabilités en cette matière. Inspiré par les recommandations du rapport de la Commission, il s’engage à la préparation d’un code de conduite pour la recherche publique menée par l’État québécois, en collaboration avec les ministères et organismes publics concernés.

Cet engagement émane de la nouvelle Politique nationale de la recherche et de l'innovation (PNRI) 2014-2019, laquelle réitère la mission de la Commission et confirme le rôle fondamental du questionnement éthique dans la perspective d'une conduite éclairée et responsable de la recherche.

Dévoilée aujourd'hui par le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, M. Pierre Duchesne, la PNRI s’inscrit dans le cadre des quatre initiatives stratégiques de la Politique économique du Québec, Priorité emploi, lancée la semaine dernière par la Première ministre.

La PNRI, c’est :

  • Un investissement sans précédent de l’État : 3,7 G$ sur cinq ans;
  • L'affirmation de l'importance des entreprises d'ici en matière de développement économique et de création d'emplois;
  • Le regroupement des forces vives de la recherche et de l'innovation pour relever les défis qui sont à nos portes sur les plans démographique, environnemental et identitaire.

Concrètement, elle prévoit :

  • Offrir une aide financière et technique aux PME désireuses d’entreprendre le dépôt d’une première demande de brevet;
  • Bonifier le soutien aux entreprises technologiques en démarrage;
  • Lancer un programme de premier emploi en recherche pour les finissants des collèges et universités;
  • Encourager la valorisation et le transfert des résultats de la recherche ainsi que les pôles d’excellence de calibre international développés par les entreprises;
  • Créer le Réseau recherche innovation Québec, qui favorisera une meilleure communication et établira des liens étroits entre les chercheurs, les organismes et les entreprises;
  • Accorder un soutien bonifié aux différents regroupements sectoriels de recherche industrielle pour favoriser la synergie entre chercheurs et industriels;
  • Prioriser sept domaines stratégiques pour lesquels le Québec dispose d’entreprises fortes et reconnues, de main-d’œuvre qualifiée et de chercheurs de renom :
    1. Aéronautique,
    2. Bioalimentaire,
    3. Biotechnologies,
    4. Énergies renouvelables et électrification des transports,
    5. Industries créatives,
    6. Soins de santé personnalisés,
    7. Technologies de l’information et des communications;
  • Réitérer l'appui aux Fonds de recherche du Québec et garantir la protection de leurs budgets pour les cinq prochaines années;
  • Rehausser le budget consacré aux centres collégiaux de transfert de technologie (CCTT) pour leur fonctionnement et pour la mise en place de trois nouveaux centres;
  • Accroître son soutien à la recherche universitaire;
  • S’acquitter de la totalité des frais indirects de recherche (FIR) découlant de projets de recherche parrainés dans les universités par les ministères et les organismes québécois;
  • Augmenter l'investissement pour les laboratoires dans les écoles publiques situées en milieu défavorisé;
  • Stimuler la relève en science et pour renforcer la culture scientifique.