Don d’organes en contexte d’aide médicale à mourir

Don d’organes en contexte d’aide médicale à mourir
8 mai 2017

La Société canadienne du sang a reçu le mandat des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux d’élaborer des lignes directrices médicales, juridiques et éthiques concernant le don et la transplantation d'organes et de tissus par des donneurs conscients et compétents.

Les changements récents dans la législation et la pratique canadiennes ont entraîné la probabilité croissante de cas où un individu conscient et compétent peut demander un acte médical qui pourrait entraîner sa mort (soit le retrait des soins de maintien de la vie ou l'aide médicale à mourir). Dans certains cas, ces patients peuvent également être admissibles à faire don de leurs organes après leur décès.

La Commission de l’éthique en science et en technologie est l’un des représentants canadiens et internationaux invités à participer à la consultation lors du symposium les 15 et 16 mai prochains à Toronto. L’expertise de la Commission est sollicitée puisqu’elle publiait en décembre 2016 un document portant sur le don d’organes en contexte d’aide médicale à mourir où elle faisait ressortir les enjeux éthiques liés à cette double demande, ainsi que cinq recommandations.

Pour consulter ce supplément sur le don d’organes en contexte d’aide médicale à mourir