2004 - Don et transplantation d'organes

Un des avis de la Commission traite de la question des enjeux éthiques que soulèvent le don et la transplantation d’organes au Québec, notamment dans un contexte de pénurie d’organes par rapport aux besoins actuels. Le choix de ce sujet s’explique par le fait que la médecine des greffes fait intervenir la science et la technologie à un degré sans cesse croissant. En témoignent, notamment, les taux de réussite et le niveau de complexité des transplantations, le développement de médicaments qui réduisent les risques de rejet et prolongent l’espérance de survie, la mise au point d’organes artificiels ou de mécanismes de soutien pendant la période d’attente d’une greffe, les travaux en cours sur les cellules souches et la xénogreffe. Sur le plan éthique, dans un contexte de pénurie d’organes, la société est appelée à faire des choix cruciaux qui concernent tous les citoyens, que ce soit à titre de donneurs ou de receveurs potentiels. La question de l’acceptabilité de certaines stratégies, entre autres, se pose avec acuité.

Dans le cadre de la préparation de son avis, la Commission a souhaité consulter de façon spécifique les divers acteurs concernés par le don et la transplantation d’organes, mais elle souhaitait également solliciter l’opinion de la population sur le sujet. La consultation de la Commission se composait de deux volets : le cadre d’ateliers réunissant divers acteurs engagés, à un titre ou à un autre, dans le processus du don et de la transplantation d’organes et un  l'appel d’opinions écrites pouvant prendre la forme de mémoires, de lettres ou de courriels adressés à la Commission.

Le document de consulation rappelle d’abord brièvement le contexte du don et de la transplantation d’organes au Québec. Y sont ensuite abordés les thèmes suivants, accompagnés d’un certain nombre de questions qui se posent sur le plan éthique : le don, les différentes catégories de donneurs, les formes de consentement, les receveurs et l’attribution des organes, les efforts de sensibilisation au don d’organes, d’autres moyens pouvant pallier la pénurie (organes artificiels, commercialisation, élargissement du bassin de donneurs) et l’impact de la médecine des greffes sur le système de la santé. Chacune des thématiques abordées suscite des questionnements qui font appel à des valeurs fondamentales telles que l’autonomie, la justice, la bienfaisance, l’altruisme pour n’en nommer que quelques-unes. Au regard de l’information proposée et des questions soulevées, il est important de noter qu’aucune opinion de la Commission ne doit être présumée, si ce n’est celle de reconnaître la légitimité et l’importance du don d’organes à des fins de transplantation.

La Commission a pris connaissance des résultats de cette consultation dans la préparation de son avis. Les réactions et commentaires obtenus lui ont permis d’alimenter sa réflexion et de tenir compte des opinions manifestées par les experts et les citoyens dans ses recommandations au gouvernement sur le sujet. L’avis de la Commission sur le don d'organes a été déposé et rendu public en décembre 2004.

 

 

Trousse de consultation

Rapport de consultation - Les enjeux éthiques du don et de la transplantation d'organes
p. 25 novembre 2004

Rapport de consultation - Les enjeux éthiques du don et de la transplantation d'organes

Publications