Intelligence artificielle - Travail

Les impacts de l’intelligence artificielle sur le monde du travail

 

Le développement de l’IA constitue un progrès technologique majeur qui rend possibles de nouvelles et remarquables avancées scientifiques et technologiques. Il peut également engendrer des bénéfices sociaux considérables en améliorant les conditions de vie, la santé, la justice, en créant de la richesse et en renforçant la sécurité publique. Mais ce développement présente aussi des risques non négligeables dans la mesure où les machines artificiellement intelligentes peuvent influencer les choix des individus et des groupes, et affecter l’environnement et le climat. Les enjeux du développement de l’IA ne sont pas seulement techniques, ils sont éthiques, sociaux et politiques.

Un article publié en 2018 par Jocelyn Maclure, président de la Commission, et Marie-Noëlle Saint-Pierre, alors conseillère en éthique à la Commission, présente l’ensemble des enjeux éthiques entourant le développement de l’intelligence artificielle.

L’une des plus importantes préoccupations ayant trait au développement de l’IA est sans contredit celle de son impact sur le monde du travail. D’abord, ces machines artificiellement intelligentes promettent d’automatiser un nombre de plus en plus important de tâches, mettant ainsi à risque certains travailleurs. Aussi, ce développement risque de faire en sorte que les travailleurs devront collaborer de manière plus intensive avec des machines, modifiant ainsi le contenu des emplois et, possiblement, le sens du travail. L’IA pourrait enfin avoir un impact sur l’organisation du travail, entre autres, par le recours accru à des outils de gestion des ressources humaines qui utilisent des systèmes d’intelligence artificielle. À ce sujet, la Commission a publié un document de travail généraliste à vocation pédagogique intitulé « Les effets de l’intelligence artificielle sur le monde du travail », qui établit les effets probables que pourraient avoir les développements liés à l’IA sur le monde du travail. Dans ce document, les effets sur le nombre d’emplois disponibles, sur la qualité de la relation d’emploi et sur la qualité de la relation de travail sont discutés. Ce document introduit aussi les questions éthiques que ces effets soulèvent.

Enfin, avec l’objectif d’approfondir davantage sa réflexion éthique, la Commission travaille présentement à l’élaboration d’un avis qui inclura un certain nombre de recommandations à l’attention du gouvernement dans lequel elle souhaite évaluer à quel point l’impact de l’IA sur le monde du travail nous forcera à repenser certains éléments qui favorisent la justice distributive, dont les politiques publiques de redistribution des biens collectifs et des richesses collectives (politiques portant sur l’emploi, la formation professionnelle ou la fiscalité).

Voici quelques questions auxquelles la Commission souhaite répondre dans cet avis :

  • Que faire avec les individus qui, suite à l’automatisation, pourraient perdre leur emploi et qui pourraient avoir de la difficulté à en trouver un nouveau, peut-être parce qu’ils n’ont pas les compétences recherchées par les employeurs?
  • Comment favoriser une réinsertion sur le marché du travail qui se veut respectueuse des intérêts des individus, tout en prenant en considération les besoins des employeurs et de l’économie de manière plus générale?
  • Que faire avec les individus qui pourraient devoir accepter un emploi moins payant que leur emploi précédent?

 

 

Trousse de consultation